Du 11/10/2017

En décalage

Durabilité et renouveau. Qu’attendre en matière de politique économique du 19e Congrès national du Parti communiste chinois, qui s’ouvre le 18 octobre ? Sans doute des indices concernant les prochaines cibles d’activité à viser pour l’après 2020. Maintenant que l’objectif de doubler le PIB de la Chine et les revenus par tête entre 2010 et 2020 est en passe d’être réalisé – selon CLSA, le PIB par tête dépasserait les 10 000 dollars dès 2018, à comparer à 4 478,5 dollars en 2010 –, il s’agit de préparer l’élaboration d’une nouvelle phase de développement de l’économie de l’Empire du Milieu. La méthode de « planification » dédiée à la construction de croissance de l’activité de la prochaine décennie pourrait intégrer plus de critères qualitatifs qu’auparavant. Les autorités chinoises savent bien qu’il faut corriger certains effets secondaires néfastes issus de la progression rapide du PIB (même si celle-ci a décéléré depuis 2011), de 6,9 % en 2015, de 6,7 % en 2016, et prévue à 6,7 % en 2017 puis à 6,5 % en 2018 (selon CLSA). Par exemple, la pollution générée par l’industrialisation puis l’urbanisation à tout crin – une problématique de santé publique -, ainsi que la montée du stock de dette des entreprises (privées et d’État) devraient être en ligne de mire. Le niveau d’endettement des sociétés chinoises (hors LGFV, « Local Government Finance Vehicle ») est estimé à 133 % du PIB de la Chine environ. Les moyens pour se débarrasser du « shadow banking » (finance de l’ombre) devraient figurer aussi parmi les sujets abordés en priorité. Autrement dit, ce 19e Congrès national du Parti sera l’occasion d’explorer des pistes pour générer une croissance soutenable, « plus propre », dite « durable ». Des clarifications sont attendues également concernant la poursuite des réformes structurelles, en particulier celles destinées à achever la restructuration des SOE et à moderniser les marchés de capitaux.

Élixir de jeunesse

Pour autant, il ne faut pas s’attendre à la diffusion de moult détails dans le communiqué de conclusion des travaux de ce 19e Congrès national du Parti. Ces Congrès se destinent surtout à la décision et à la formation des grandes orientations. Ils ne se dédient pas à la prise de mesures de court terme. En général, ce moment fondamental de la vie du Parti communiste chinois donne l’occasion aux autorités chinoises de communiquer leurs intentions. En tous les cas, une particularité de ce 19e Congrès national du Parti communiste chinois résidera dans le renouvellement de ses instances dirigeantes (https://www.lazuli-international.com/le-memo-du-24102016/). Cette évolution de gouvernance sera largement scrutée par les commentateurs politiques puisque cinq des sept membres du Comité permanent du Politburo (« Politburo Standing Committee ») pourraient se retirer, si la règle de limite d’âge de 68 ans est respectée (signifiant à l’heure actuelle qu’il faut être né après 1949 pour rester au Comité). (Voir graphiques ci-dessous). En théorie, les deux seuls membres du Comité permanent actuel, qui ne seront pas atteints par cette limite d’âge, sont Xi Jinping, le président de la République Populaire de Chine, et Li Keqiang, son Premier ministre (de respectivement 64 et 62 ans). Même si le président et le Premier ministre demeurent, avec un pouvoir qui, selon nombre d’observateurs chinois, devrait être renforcé, le Politburo s’apprête à revêtir un nouveau visage.


Données au long cours

Chine, au cœur du pouvoir

Composition du Politburo et de son Comité permanent

(avant le 18 octobre 2017)

Source : CLSA

En théorie, la limite d’âge pour être renouvelé est de 68 ans (être né avant 1949 dans le cas du 19e Congrès national du Parti communiste chinois).


Fonctionnement du Parti communiste chinois

Le secrétaire général, actuellement Xi Jinping, occupe la plus haute fonction du Parti.

Le chef du Parti est aussi le chef de l’État.

Source : CLSA


Fonctionnement du gouvernement

Le Conseil d’État (« State Council ») détient le pouvoir exécutif et est présidé par le Premier ministre (Li Keqiang).

Le Premier ministre est nommé par le président (Xi Jinping) et sa nomination est renouvelée par le National People’s Congress (NPC).

Source : CLSA


Les membres du Conseil d’État

Le Premier ministre est assisté de 4 « vice-premiers », chargés de superviser certaines industries, et de 5 conseillers d’État (« state councillors »). En l’occurrence, le vice-premier, Ma Kai, est en charge des affaires financières.

Source : CLSA


Retour aux sources

Chine / National Bureau of Statistics of China (NBS)
Bilan économique depuis le 18ième Congrès National publié le 10 octobre 2017
http://www.stats.gov.cn/english

Hong Kong / Securities and Futures Commission (SFC)
Fintech et réglementation
http://www.sfc.hk

Hong Kong / HKEX et SFC
Conclusions conjointes concernant la consultation sur les cotations en Bourse à Hong Kong
https://www.hkex.com.hk/eng/

Japon / Cabinet Office
Conditions des affaires (août)
http://www.esri.cao.go.jp


Invitation au voyage

Hong Kong, île de Lantau


Changer d’horizon

Évasion …

Au sud des nuages, le Yunnan (云南) (reportage de Lazuli International)

Au sud des nuagesA l’époque de la dynastie Tang (618-907), un prince de l’une des principautés de l’ancien royaume de Dian entreprit un long voyage jusqu’à Chang’an (Xi’an) pour rendre visite à l’empereur. Lorsque celui-ci lui demanda d’où il venait, le prince lui répondit qu’il était originaire d’une lointaine contrée méridionale, au delà des nuages et des pluies du Sichuan. Le souverain décida alors de nommer cette région Yunnan, littéralement « Au sud des nuages » (云南).